Vous êtes ici : > > > Aménagement

Vie pratique

Aménagement

Aménagement de l’habitat

 Toute personne, quel que soit son handicap, détient un potentiel pour garder ou retrouver son autonomie, à l’aide d’aides techniques ou d’aménagements étudiés.

 Aménager ou construire, prenez le temps de la réflexion…

 Cette fiche a pour but de vous aider :

• à vous poser « des bonnes questions » et vous donner des idées sachant que le logement idéal n’existe pas : il se crée. En effet les besoins de chacun sont différents, et ils évoluent dans le temps

• à trouver des solutions pour des aménagements spécifiques et gagner sur le handicap pour avoir un peu plus d’autonomie.

 Le bon choix pour aujourd’hui et surtout pour demain…

Ce n’est pas facile de se projeter dans l’avenir… Les solutions futures peuvent pour certaines être en contradiction avec le présent. Par exemple :

• pour vous déplacer dans votre logement vous avez besoin de points d’appui et vous aurez tendance à vouloir « rapprocher les murs »

• mais si vous devez utiliser un fauteuil vous avez besoin d’espace pour circuler, de portes et de couloirs larges, de plans et de hauteurs de travail à vos mesures…

 Il est possible d’avoir des financements, mais ils ne seront pas forcement renouvelés.

Aménager, construire ou trouver un logement accessible ?

Votre logement actuel fait que le quotidien devient de plus en plus difficile sans aide humaine : accès aux différentes pièces, difficultés lors de la toilette, cuisine… N’attendez pas que la situation devienne invivable : aucune solution ne peut être mise en route rapidement, mais aucun problème n’est insoluble. Des solutions existent.

IMPORTANT: Prenez le temps de consulter des professionnels ergothérapeutes pour envisager les possibilités d’aménagement, de changement de logement ou encore de construction .

Les possibilités financières de chacun sont différentes : vous pouvez également trouver des logements adaptés dans les HLM, il est à noter que le temps de traitement des dossiers est très long. Vous aurez sans doute à prévoir des aménagements spécifiques. 60

 Construire une maison accessible à tous ses habitants fera aussi du bien à tous !

Projet de construction : faites un plan. Privilégiez si possible l’accès à toute la maison, que ce soit en intérieur comme en extérieur.

Assurez-vous de la fluidité de circulation dans la maison :

• imaginez-vous en train de circuler dans la maison dans toutes les circonstances courantes comme : rentrer des courses, aller au lit, accueillir des amis, rentrer et sortir quand il pleut…

• faites des images (photos) de vous en déambulateur ou sur votre fauteuil, à l’échelle du plan de la maison et mettez-vous en situation.

Prenez conseil auprès des professionnels, recherchez des idées auprès de personnes ayant fait la même démarche, votre famille… Plus vous aurez d’avis, plus vous serez à même de trouver des solutions.

Se posera ensuite le problème du coût.

 Voir dans la fiche « Où trouver de l’aide ? ». Et comme tout un chacun vous dépasserez les prévisions et serez obligés de revoir votre plan à la baisse ou de développer des axes de recherche hors MDPH et c’est possible !

 Pour toute la maison

Porte 1

Prévoir des portes larges (90 cm minimum)

– Mettre un retour de poignée ou une cordelette sur les portes pour faciliter la fermeture.

Porte 2

– Attention au sens d’ouverture des portes : une personne (A) peut rester coincée derrière (suite à une chute par exemple) sans possibilité pour quelqu’un (B) de lui venir en aide.

 Il existe des portes et des types d’ouverture différents :

– ouverture à la française, on peut prévoir pour la fermeture des aimants avec une poignée, plus facile à ouvrir qu’une clenche

– portes saloon

– portes coulissantes 1 battant ou 2

– ouverture 1/3 – 2/3.

Bien considérer la hauteur de la personne en fauteuil (voir norme) :

– poignées portes et fenêtres

– interrupteurs

– œilleton de la porte d’entrée

– interphone

– tableau électrique

– …

Largeur de couloirs minimum 1,10 m sans angle si possible. Un angle demande un diamètre de rotation de 1,50 m.

Éclairage : possibilité d’automatiser l’éclairage par détection (capteur). Les détections vocales sont à éviter.

Prévoir pour les plafonds la possibilité de surpoids car, si par la suite vous devez poser un rail de transferts, cela se fera à moindre coût. Cloisons solides pour supporter les barres d’appui.

L’entrée de la maison

Il faut prévoir une entrée large :

– place pour manœuvrer le fauteuil

– ouverture et fermeture de la porte

– un endroit où poser vos courses, vos vêtements…

Porte d’entrée, sans seuil, munie d’un «groom» (ouverture automatique) et d’une gâche électrique pour faciliter la fermeture, le tout contrôlé par télécommande et protégé par une batterie de secours en cas de coupure de courant. Il existe aussi pour la fermeture des systèmes d’électroaimants qui s’intégreront parfaitement dans la porte et qui garantiront une bonne fermeture.

La cuisine

Prévoyez des plaques de cuisson planes électriques (induction ou vitrocéramique), à côté d’un plan de travail au même niveau pour pouvoir faire glisser les casseroles. Plans de travail et éviers évidés par dessous avec une bonde décalée vers le fond : hauteur en fonction du fauteuil. Robinet avec mitigeur thermostatique et long bec pour ouverture et fermeture. Hauteur du micro-onde et du four en fonction de la personne en fauteuil (essayer les différents types d’ouverture des portes avant d’acheter).

Penser aux placards : se renseigner sur les systèmes coulissants. Pratiques et moins onéreux que du matériel à connotation handicap, les magasins grand public ont de nombreuses solutions adaptées à tous.

Le salon

Toujours bien étudier la circulation, elle dépendra de la position de vos meubles, éviter les tapis et les fils électriques et téléphoniques…

Pour un passage sans obstacle vers l’extérieur : portes-fenêtres coulissantes à galandage. Si vous craignez des infiltrations d’eau en cas de fortes pluies, deux solutions : un caniveau avec grille avant la fenêtre ou une avancée du toit.

Prévoir la possibilité d’ouverture électrique. Idem pour les volets (avec télécommande centralisée).

La chambre

Prévoir la circulation du fauteuil autour du lit. Interrupteur à côté du lit. Prévoir un espace fauteuil.

 Lits à hauteur variable. Ils existent en toute taille et pour tous les besoins (différentes plicatures). Il existe aussi des lits deux places avec un sommier ou deux sommiers pour ne pas déranger son concubin !

 Dans toutes les grandes surfaces de bricolage, il existe des télécommandes à plusieurs voies qui vous permettront d’éteindre de votre lit : lampe de chevet, lumière centrale, TV ou Chaine Hi-Fi…

La salle de bain

La salle de bain doit être à proximité de la chambre avec de préférence une porte communicante. Le matin au réveil, on passe par les toilettes et ensuite la douche (ou le bain) : prévoir un trajet logique, le plus rectiligne possible : WC et ensuite la douche ou la baignoire.

Pour le sol, choisissez un carrelage antidérapant (ne pas prendre de carrelage blanc). Il existe un vernis spécial qui peut rendre antidérapant n’importe quel carrelage.

Les évacuations (douche ou baignoire) doivent être prévues en dessous du niveau de sol afin que les aménagements futurs puissent être faits sans tout casser.

Une douche à l’italienne (sans rebord) facilite les transferts, mais certaines personnes préfèreront le bain. Il y a des aménagements possibles avec des baignoires à hauteur variable qui s’intégreront à votre intérieur et qui restent néanmoins très design.

Choisir un siège de douche confortable. Un fauteuil de douche à roulettes réglable en hauteur est une bonne solution pour le passage au-dessus des toilettes et sous la douche. Petit bémol : il vous transporte mais l’eau aussi quand on se déplace de la salle de bain à la chambre. De préférence le choisir en aluminium avec une ouverture de face pour faciliter votre toilette intime.

LavaboPercer un plan de travail pour le lavabo avec des poignées en points d’appui pour se positionner pour la toilette. Il permet de poser les choses nécessaires à la toilette. Le siphon doit être suffisamment à l’arrière pour ne pas s’y cogner les genoux. Il existe aussi des siphons souples (Castorama). Robinet thermostatique avec bec. Miroir inclinable au-dessus du lavabo. Interrupteurs d’éclairage et prises à hauteur des mains en respectant les normes.

ATTENTION: La norme WC en hauteur ne convient pas forcément à tout le monde, prenez la hauteur qui vous convient.

 Vous pouvez facilement poser une cuvette standard sur un socle carrelé. Les WC encastrés ou trop hauts ne sont pas forcément une bonne solution quand on a un fauteuil de douche dit « garde-robe » avec des grandes roues.

 Par la suite vous devrez mettre en place des barres d’appui en fonction de vos besoins. Pour les cloisons en Placoplatre®, on pourra les renforcer avec une plaque d’aggloméré posée à l’arrière du mur.

 ATTENTION: Certains professionnels peuvent vous proposer des produits du genre lavabo à hauteur variable, qui sont des produits très chers, qui n’ont une utilité que dans le cadre d’un établissement où il y a plusieurs utilisateurs différents, mais pas dans une maison particulière.

La mise en place d’un mitigeur thermostatique à la sortie du ballon d’eau chaude est obligatoire en neuf et/ou en rénovation importante, pour éviter les brûlures.

Le garage

Il doit être assez grand pour permettre la circulation du fauteuil autour de la voiture. Il a un accès direct avec la maison, il est bien sûr au même niveau. La porte pourra être automatisée. Prévoir un lieu et des prises pour la recharge de vos aides techniques, fauteuil roulant électrique ou scooter par exemple.

A l’extérieur de la maison

 Terrasse autour de la maison, plans d’accès roulables. Si plans inclinés attention à la norme, en protéger les bords.

 La domotique

Ensemble des techniques visant à programmer, optimiser et simplifier l’usage de services domestiques ou d’outils spécifiques : par exemple, contrôler la lumière, le chauffage, les volets avec une seule télécommande. Les solutions proposées par les sociétés spécialisées sont en général très coûteuses et ne répondent pas forcément à vos besoins. Par contre certaines solutions sont proposées dans le bricolage grand public à des coûts raisonnables.

Aménager l’existant

Vous pouvez reprendre des idées dans le chapitre précédent et les adapter.

Le premier problème qui se pose face au handicap est souvent la présence d’un escalier à l’entrée ou dans la maison. Renseignez-vous sur les solutions existantes : plan incliné (voir les normes), plate-forme élévatrice, ascenseur, escaliers se transformant en plate-forme (FlexStep).

 Le monte escalier, qui ne pourra être qu’une solution provisoire, demandera un fauteuil et des transferts à chaque étage. Cette solution est plus facilement envisageable sur un escalier droit (par rapport au coût).

 Pour neutraliser un dénivelé, il existe des kits en plastique pour des franchissements de 1 à 15 cm.

Des barres d’appui placées aux endroits stratégiques facilitent la circulation.

Si vous achetez une maison ou un appartement

Prenez le temps qu’il faut pour la visite dans les conditions où vous l’habiterez (en utilisant votre ou vos fauteuils habituels) : les circulations sont différentes selon que les fauteuils soient électriques ou manuels.

Bien étudier les accès extérieurs et garage surtout quand il pleut ! Risque de glissade, de dérapage.

Les systèmes de transfert

 Un système de transfert bien étudié, vous permettra de passer du fauteuil, aux toilettes, à la douche ou dans la baignoire, au lit en toute sécurité et en toute autonomie. Un rail au plafond permet de vous déplacer verticalement et horizontalement, de la chambre au cabinet de toilette mais aussi de faciliter l’habillage.

ATTENTION: Au moment du choix : si vous faites intervenir un service d’aide à la personne et pour votre sécurité, votre matériel devra respecter les normes en vigueur (vous renseigner sur ce point).

Protéger murs et portes

Où trouver de l’aide ?

 Pour obtenir les coordonnées citées dans ce document, il faut vous rapporter aux fiches annexes du classeur.

Contacter des personnes ressources

Contacter un ergothérapeute

Qu’est-ce qu’un ergothérapeute ? C’est un professionnel paramédical qui peut intervenir pour la rééducation ou la réadaptation de la personne en situation de handicap. Il analyse le niveau d’autonomie de la personne et les habiletés requises pour effectuer ses occupations, évalue son milieu de vie, apprécie sa capacité à se prendre en charge et d’assumer ses rôles (facultés cognitives), seule ou avec l’aide de ses proches.

 Pour l’aménagement du logement, son intervention débute par un entretien, pour faire connaissance avec la personne et connaître ses attentes, ensuite un bilan des capacités et une mise en situation permettent de définir précisément les besoins en aides humaines et techniques.

On trouve ces professionnels par l’intermédiaire des Maisons Départementales des Personnes Handicapées MDPH (voir fiches annexes), dans les équipes des services à domicile de l’APF (Association des Paralysés de France) et les SESSAD (Service d’Education Spécialisée et de Soins A Domicile) en libéral ou dans des services spécialisés (consultations pluridisciplinaires, centres de rééducation…).

Une assistante sociale pour aider à la réalisation des dossiers.

Dans le champ du bâtiment

 Architectes, architectes d’intérieur, maçons.

 IMPORTANT:  Ne pas hésiter à leur fournir les documents sur les normes d’accessibilité.

Les aides financières

Vous pouvez disposer de plusieurs aides auprès des organismes suivants. Elles ne paieront pas tout mais prendront en charge le surcoût dû au handicap.

• MDPH : aides techniques, prestations de compensation

• ANAH : amélioration de l’habitat mais pas pour le neuf

• CPAM

• Caisses de retraite, Mutuelle, CCAS, Lion’s club, Rotary…

Avant de commencer les travaux

Prendre le temps pour bénéficier de conseils, aussi bien sur le plan technique, que sur les différentes aides financières existantes. Les subventions, aides et prestations permettent de diminuer le coût des travaux.

IMPORTANT: Il ne faut pas commencer les travaux, ni verser d’acompte aux artisans et fournisseurs avant d’avoir eu un accord définitif des organismes décideurs ou financeurs.

 • Contacter la MDPH afin de recevoir un dossier de demande de prestation de compensation qui vous permettra de bénéficier d’une évaluation par une équipe pluridisciplinaire.

• Au cours de l’évaluation par l’équipe, vous serez amené à faire réaliser deux devis correspondant aux aménagements proposés et/ou souhaités.

• Si la subvention est accordée, elle sera versée par l’intermédiaire de la prestation de compensation.

• Il faut savoir que ces démarches peuvent prendre plusieurs mois, et même parfois plus d’un an.

ATTENTION

• Certains aménagements sont considérés comme du luxe et ne sont donc pas subventionnés (pas toujours de prise en compte des goûts et du bien-être moral des personnes en situation de handicap). Insistez !

• Le caractère évolutif de la maladie peut vous amener à demander un traitement d’urgence de votre dossier via une procédure d’urgence.

• On peut être amené à aménager le logement à plusieurs reprises en peu de temps. Il n’est pas évident que la subvention soit accordée à chaque fois. Il faut donc essayer de réserver cette demande pour de gros travaux ou au moins discuter de cette problématique avec votre interlocuteur à la MDPH.

Pendant les travaux

• Être très vigilant que ce soit pour une réhabilitation ou du neuf

• Se rendre sur le chantier à l’improviste

• Prendre des photos