Vous êtes ici : > > > Psychologie

La maladie

Psychologie

L’accompagnement psychologique

La maladie touche TOUTE la famille. Il est important que chacun, à différents moments de la maladie, puisse avoir un lieu d’écoute neutre et extérieur pour exprimer son ressenti, pour mieux comprendre ses réactions et mieux vivre avec…

Le psychologue est un professionnel qui accompagne les personnes atteintes et les proches tout au long de la maladie.

Chaque rencontre est un temps pour soi où chacun peut parler librement, sans jugement, à son rythme.

Un soutien psychologique peut améliorer la perception et le vécu de la maladie.

Quand voir un psychologue ?

Au moment de l’annonce de la maladie

L’annonce de la maladie est d’une grande violence aussi bien pour la personne touchée que pour ses proches.

Après une période où chacun encaisse le choc, il n’est pas facile de retrouver la parole à l’intérieur du noyau familial et encore moins avec l’entourage.

Parler dans la famille est souvent difficile car chacun souffre, ressent la souffrance de l’autre et veut l’épargner.

De plus, la maladie commence souvent à l’adolescence pendant laquelle la communication est parfois plus difficile.

Pourtant la vie continue, il faut réapprendre à vivre et donc à parler.

Le psychologue peut aider chacun à exprimer sa souffrance, ses craintes et permettre de renouer les liens familiaux.

Après l’annonce

Le psychologue peut accompagner le malade et les proches dans les différentes étapes de la maladie.

Ce soutien ne peut se faire qu’avec la participation active de la personne demandeuse.

Exprimer son ressenti, sa révolte, sa culpabilité ne les font pas disparaître mais peut les apaiser et aider à trouver des ouvertures face à un quotidien souvent difficile.

Quelques thèmes souvent abordés

• La culpabilité : pour les parents d’avoir transmis, pour les malades d’être une charge pour les proches

• Comment en parler : au sein de la famille, avec ses amis, à l’école, au travail ?

• Comment se comporter face à certaines réactions de l’entourage vis-à-vis du malade et du malade vis-à-vis de l’entourage (agressivité, rejet, honte…) ?

• Les relations familiales : couple, parents/enfants, frères/soeurs

• Le soutien de la famille : aider sans étouffer, demander de l’aide, en particulier au moment de l’adolescence où le jeune rêve d’autonomie et de faire comme tout le monde

• Les difficultés rencontrées liées au handicap et à l’évolution de la maladie

• Comment réaliser ses projets : études, travail, loisirs, vie personnelle, avoir son indépendance, vivre en couple, avoir des enfants ?

• Le regard des autres, l’isolement, la solitude…

• La maladie : l’accepter, la refuser, la combattre, composer avec elle…

• Retrouver la personne derrière la maladie.

Le type d’accompagnement

L’accompagnement peut se faire de façon individuelle ou collective.

Le groupe permet de confronter ses doutes, ses angoisses et ses questions avec d’autres malades et/ou leurs proches à travers le vécu de chacun.

La fréquence

Le rythme des séances individuelles est très variable. Le psychologue pourra proposer de vous accompagner ponctuellement mais régulièrement, ou plus longuement selon vos besoins.

Les séances durent de 30 à 45 minutes.

En groupe de paroles, les réunions durent environ 3 heures et peuvent avoir lieu tous les un, deux ou trois mois. Elles sont souvent organisées par les associations de malades.

Où exerce le psychologue ?

• Dans les hôpitaux ou centres médico-psychologiques

• Dans un cadre libéral, en cabinet privé.

Les consultations dans les centres médico-psychologiques et dans les hôpitaux sont gratuites, contrairement à celles effectuées dans le cadre libéral. Le médecin de famille peut aussi aider dans cette démarche, notamment en vous indiquant des adresses de psychothérapeutes. Il ne faut pas hésiter à le consulter et à l’informer d’une éventuelle prise en charge avec un psychiatre ou un psychologue.

N’hésitez pas à appeler le service de soutien psychologique à distance