Vous êtes ici : > Actualités > A la Une > Participez au questionnaire sur la médecine prénatale prédictive

A la Une

5 janvier 2017

Participez au questionnaire sur la médecine prénatale prédictive

istock_000019738221_xxxlarge

Participez au questionnaire sur la médecine prénatale prédictive

Dans le cadre d’une recherche en éthique que nous menons au sein de l’unité de recherche Inserm 1086 (cancers et prévention), nous souhaitons étudier les problématiques soulevées par la médecine prédictive en prénatal dans les cas de diagnostics de pathologies génétiques à révélation tardive.

Nous entendons par « révélation tardive » des maladies dont l’évolution majeure se situe à l’âge adulte, même si certains signes précoces peuvent apparaitre plus tôt.

Dans ce cadre, nous vous sollicitons afin de mieux connaître les attentes des personnes concernées afin de voir comment, à l’avenir, les équipes peuvent éventuellement y répondre et les questions que cela soulève.

En effet, dans le cadre d’un projet parental, plusieurs possibilités s’offrent actuellement aux couples concernés :

  • Soit un diagnostic anténatal qui peut prendre deux formes :
    – soit un diagnostic prénatal (DPN) lors d’une grossesse en cours : examens biologiques pouvant aboutir ou non à une demande et la réalisation d’uneinterruption de grossesse pour motif médical (IMG)
    – soit un diagnostic préimplantatoire (DPI) lors d’une grossesse programmée : étude génétique sur les embryons obtenus par fécondation in vitro (FIV), afin de réimplanter dans l’utérus maternel un embryon non porteur du gène responsable de la maladie. Dans ce cas précis, la fécondation in vitro n’est pas réalisée pour une infertilité mais pour sélectionner les embryons.
  • Soit des alternatives :
    – l’adoption d’un enfant
    – le recours à un don anonyme de gamètes (spermatozoïdes ou ovocytes) pour éviter la transmission de la maladie génétique
    l’accueil d’embryons, donnés anonymement par un couple qui a déjà réalisé son projet parental

Ce questionnaire s’adresse :

  • aux personnes porteuses du gène responsable d’une maladie génétique à révélation tardive (telle que définie ci-dessus)
  • et/ou à leur(e) conjoint(e).

Ce questionnaire est strictement anonyme, et ne comporte aucune donnée identifiante. Votre participation à cette enquête nous sera très précieuse et nous vous remercions par avance de votre contribution à ce travail de recherche.

Sophie Baumann Sage Femme doctorante, avec le Dr Sylviane Darquy,  Chercheur Inserm et le Pr Grégoire Moutel, Ethique médicale

Pour participer à cette étude suivre le lien.

Plus d’informations : sophie.baumann@uvsq.fr